Accueil du site > Forums > Phytosociologie et Agriculture en Sous-Bois

Phytosociologie et Agriculture en Sous-Bois

jeudi 1er avril 2010, par Hanna KLEINE-WEISCHEDE, Thomas EGLI

Ce forum de travail à l’attention des étudiants, scientifiques, agriculteurs, journalistes scientifiques et agricoles, professionnels de terrain et passionnés qui désirent échanger sur leurs observations, leurs tests, ainsi que sur toute question pour lequel vous cherchez une réponse, que vous trouverez ici.

Par votre participation à ce forum, vous contribuez aux recherches dans le domaine de l’agriculture en sous-bois et de la phytosociologie.

1 Message

  • Des perles dans les sous-bois Le 2 avril 2010 à 15:45, par Thomas EGLI

    La culture en forêt de plantes ornementales ou médicinales marie économie et écologie

    Par Jean Hamann

    Il n’en pas simple de convaincre la nature de produire en abondance ce qu’elle livre habituellement avec parcimonie. Depuis cinq ans, un groupe de recherche interuniversitaire intéressé par la culture d’espèces végétales de sous-bois présentant un intérêt médicinal ou ornemental en a fait l’expérience. Si les résultats qu’ils ont obtenus jusqu’à présent ne laissent pas entrevoir un nouveau Klondike, ils constituent néanmoins une assise scientifique sur laquelle peuvent maintenant se reposer les propriétaires de boisés désireux de se lancer dans le commerce de ces plantes. D’ailleurs, ceux qui se laisseront tenter par l’aventure auront une double satisfaction : ils diversifieront leurs revenus tout en participant indirectement à la sauvegarde des populations sauvages de ces espèces.

    « Parce que les plantes herbacées forestières croissent et se propagent lentement et à l’abri du soleil intense, il était plus simple et moins coûteux de prélever des spécimens sauvages dans la nature plutôt que de tenter d’en faire la culture sous ombrière, dans les champs ou en pépinières, a rappelé Line Lapointe, professeure au Département de biologie, en ouverture du Colloque sur la culture des plantes herbacées médicinales et ornementales en forêt feuillue, qui s’est déroulé le 1er février sur le campus. « Cette façon de faire ne pouvait pas durer parce qu’elle menaçait les populations sauvages. D’ailleurs, depuis 2005, la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables interdit cette pratique », a-t-elle souligné à la centaine de participants, en majorité des propriétaires de boisés.

    Depuis 2002, Line Lapointe, Alain Olivier (Phytologie), Paul Angers (Sciences des aliments et de nutrition), des chercheurs de l’Université de Sherbrooke et d’Agriculture Canada et un groupe d’étudiants-chercheurs ont entrepris une série d’expériences pour tenter de mieux comprendre les exigences de ces capricieuses plantes de sous-bois. Grâce au soutien financier du CORPAQ et du FQRNT, ils ont étudié, en serres et sur le terrain, des espèces recherchées sur le marché des plantes médicinales (caulophylle faux-pygamon, sanguinaire, gingembre sauvage, actée à grappe, bois piquant et polygale sénéca) et des plantes ornementales (fougère-à-l’autruche, adiante pédalée, trille blanc, érythrone). « Nos études ne visaient pas à sanctionner l’efficacité de ces plantes médicinales, précise Line Lapointe. Nous cherchions des façons d’en faire la culture en milieu naturel de façon à répondre à la demande du marché et à faire cesser le pillage des plantes sauvages. »

    Dans l’ensemble, les essais ont donné des résultats encourageants pour toutes les espèces, confirme la chercheuse, mais une bonne connaissance des exigences écologiques de chacune, en termes de lumière et de conditions du sol, est essentielle pour assurer une croissance optimale. Ainsi, si la luminosité n’influence pas la concentration des composés actifs dans les plantes médicinales, elle augmente par contre la croissance de trois des quatre espèces testées (actée, gingembre et sanguinaire), et du coup leur rendement en ingrédients actifs, a démontré l’étudiante-chercheuse Julie Naud. « Des trouées dans la canopée pourraient faire partie d’un plan d’aménagement forestier approprié pour la culture de ces espèces », suggère-t-elle. De son côté, l’étudiante-chercheuse Souad Bouchiba a découvert d’importantes variations dans la concentration en composés actifs chez ces plantes médicinales. Une part significative de cette variabilité serait d’origine génétique, ce qui laisse entrevoir la possibilité de sélectionner des plants particulièrement productifs en composés actifs, suggère-t-elle.

    La multiplication de ces plantes reste toutefois problématique. « Même après trois années de culture, certaines espèces ne fleurissent pas », souligne Line Lapointe. L’équation est simple : pas de fleurs, pas de graines, pas de multiplication germinative. La seule façon de produire suffisamment de plants pour démarrer des cultures dignes de ce nom est le bouturage à partir du rhizome, la « racine » de ces plantes. « Chez les espèces de petite taille, on peut produire trois ou quatre plants à partir d’un plant mère », précise-t-elle. Le hic, outre la lenteur du procédé, est qu’il faut prélever des plantes dans le milieu naturel pour partir la chaîne, et leur nombre doit être suffisamment élevé pour assurer une certaine diversité génétique. « Le défi d’accélérer et d’augmenter le taux de germination de ces espèces devra être relevé si l’on veut développer cette activité agro-forestière et conserver les populations sauvages de ces espèces », conclut la professeure.

    Illustration : Utilisée depuis très longtemps comme plante médicinale mais également appréciée comme plante ornementale, la sanguinaire du Canada pourrait faire l’objet de culture en sous-bois

    Source : http://www.aufil.ulaval.ca/articles...